Un univers de fictions pour vos séries, mangas, films et livres préférés
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Origines du Pouvoir

Aller en bas 
AuteurMessage
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Les Origines du Pouvoir   Mer 11 Oct - 21:48

Cette fic traite principalement de l'univers de smallville mais comme il est aussi question de l'univers de Witch Hunter Robin, il s'agit d'une fic crossover.
Il n'est pas nécessaire de connaître Witch Hunter Robin pour comprendre la fiction. Pour smallville, j'ai repris au niveau du début de la saison 4.
Bonne lecture à tous.



Les Origines du Pouvoir



Disclaimer :


Smallville et ses personnages ne m’appartiennent pas
Smallville © The Warner Bros Television & DC Comics
Smallville created by Alfred Gough & Miles Millar

Superman © DC Comics
Superman created by Jerry Siegel & Joe Shuster
Witch Hunter Robin © Sunrise
Cette histoire n’existe que pour le plaisir des fans. Je n’ai pas été payé pour l’écrire et n’en tirerais aucun avantage lucratif.

Droits :

Hormis les copyrights ci-dessus, cette histoire m’appartient dans sa totalité en vertu de la législation sur la propriété intellectuelle et de celle sur les droits d’auteur.

Interdiction formelle de reproduire, d’utiliser et/ou de diffuser cette histoire sans l’autorisation expresse de son auteur.


Prologue


La nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà au moment où la jeune femme arrivait devant le café nommé le Talon. Une pluie fine tombait mais elle ne semblait guère la gêner. Les gouttes d’eau semblaient glisser sur elle sans pourtant réussir à imprégner sa peau ou ses vêtements. Elle regardait autour d’elle et cherchait dans son sac d’une main fébrile. Ses traits possédaient une beauté naturelle, due en partie à ses origines eurasiennes. Pourtant, ses yeux verts étaient plus envoûtants encore que le reste de son visage.
Après quelques secondes de recherche, elle finit par sortir un trousseau de clés et l’utilisa pour pénétrer à l’intérieur de l’établissement. Les lumières s’allumèrent un court instant puis s’éteignirent à nouveau, signifiant qu’elle était rentrée dans l’appartement.
Aucun de ces détails n’avait pas échappé à l’homme posté dans un fourgon, garé sur le trottoir d’en face. Il baissa ses jumelles infrarouges et sortit un téléphone portable de sa poche.

……: La proie vient de rentrer chez elle. Toujours aucune trace d’activité suspecte. En attente d’éléments nouveaux, Lana Lang est cataloguée comme germe.

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Ven 20 Oct - 21:59

Partie 1: L’éveil


La chambre qu’habitait Lana était plongée dans une obscurité presque totale. Le jour n’était pas encore levé et seules les lumières de la ville et des voitures troublaient le calme de la pièce. Néanmoins, le sommeil de la jeune femme était très agité. Elle se débattait dans ses draps comme si elle était poursuivie par une esprit invisible. Elle finit par se réveiller en sursaut, le front en sueur.

Lana: Non je vous en supplie!

Elle mit quelques secondes à sortir de la léthargie dans laquelle elle était plongée et à reprendre ses esprits. Elle s’allongea de nouveau dans son lit et tourna son regard vers son réveil. En apercevant les chiffres sur le cadran, elle laissa tomber sa tête sous son oreiller. Elle n’avait d’autre envie pour le moment que de se rendormir mais pour une obscure raison, on lui refusait ce droit.
Au bout de quelques minutes, elle se leva et se dirigea vers la salle de bain. Faisant couler doucement un filet d’eau dans le lavabo, elle se rinça le visage puis s’observa un petit moment dans le miroir.
Ça faisait une semaine qu’elle faisait le même cauchemar. Toutes les nuits, elle rêvait qu’elle était poursuivie par des hommes sans visage. A chaque fois, Clark venait à son secours mais se retrouvait impuissant. Et juste avant de se réveiller, elle voyait toujours deux yeux émeraude la fixer et à l’intérieur des pupilles, elle aurait pu jurer voir des flammes s’allumer.

Lana: Je deviens complètement folle…ça doit être ma dispute avec Jason qui me stresse autant, j’irai lui parler demain.

D’un geste irréfléchi, elle agita la main en direction du robinet et l’eau s’arrêta elle-même de couler. Sans y faire plus attention, elle sortit de la salle de bain. Mais ce geste n’avait pas échappé à la caméra miniature cachée dans la pièce et l’inconnu assis dans la camionnette avait eu tout le loisir de la visionner sur son écran. Un sourire étira ses lèvres au moment où il collait son portable à son oreille.

……: Pouvoirs latents mais utilisés par l’inconscient de la proie. Le statut de Lana Lang passe de germe à sorcière. Transmettez l’information au QG et appelez les autres. La chasse vient de commencer…

Et il raccrocha avant de remettre son téléphone dans sa poche intérieure. Puis il sortit du véhicule avec une grand agilité, tout en sortant un revolver de son holster.

La jeune femme sortit du Talon alors que les premiers rayons du soleil n’avaient pas encore fait leur apparition. L’inconnu avait vu la scène depuis la ruelle où il se trouvait et il s’empressa de la suivre, tout en gardant une certaine distance. Vêtu d’un long imperméable noir, personne ne pouvait soupçonner la présence du revolver dans sa poche droite. Mesurant un peu plus d’1mètre 80, il possédait de courts cheveux blonds et semblait âgé d’un peu plus de vingt ans. Son regard brun était glacé, comme s’il savait exactement ce qui allait se passer, comme s’il l’avait déjà répété maintes et maintes fois. Une voix basse résonna dans l’oreillette située dans son oreille gauche.

……: Ordre d’exécuter la sorcière dès que la situation le permettra, Nelson.
Nelson (voix basse): Bien reçu.

Il continua à marcher à la même allure mais ses yeux avaient changé d’expression. On pouvait y lire une certaine excitation.

Nelson (voix basse): Tu es à moi…sorcière.

Et tout en veillant à rester silencieux, il accéléra l’allure. Lana n’avait rien remarqué, même lorsqu’il sortit doucement son arme. Un seul coup lui suffirait et à présent, le canon était dirigé sur le dos de la jeune serveuse.

Nelson (sur le point de presser la gâchette): Adieu Lana Lang.

Mais au moment où la balle allait sortir du canon, des flammes jaillirent devant Nelson. Dans un réflexe, il roula de côté et se rétablit sans problème. Entre temps, Lana s’était retournée et restait pétrifiée devant son agresseur. A quelques mètres d’eux, sortant d’une ruelle étroite plongée dans la pénombre, se tenaient un homme et une femme. L’homme était grand, asiatique, âgé d’un peu plus de vingt-cinq ans et portant un manteau semblable à celui de Nelson. Ses longs cheveux noirs retombaient en cascade sur ses épaules et ses yeux noirs adressaient un regard inexpressif. Quant à la femme, il s’agissait plutôt d’une adolescente. Ses cheveux châtains clairs étaient attachés en deux nattes et elle portait des vêtements entièrement noirs elle aussi, semblables à ceux d’une adolescente normale. Ils se rapprochèrent de Nelson et Lana put entrevoir les yeux de l’adolescente. Ils étaient d’un vert émeraude, identiques à ceux de son rêve. Mais pour le moment, son regard était tourné vers Nelson. Ce dernier paraissait terrifié, non pas par la présence de l’homme mais plutôt par celle de la fille.

Nelson: Tu…Tu es Robin…mais c’est impossible…
Robin (ton intransigeant): Je ne laisserai pas Salomon tuer des innocents, qu’ils soient sorciers ou non.

Nelson, paniqué, pointa de nouveau son canon en l’air, mais cette fois-ci en le pointant sur la poitrine de Robin. Alors que ses mains tremblaient, ses traits formèrent un sourire de dément.

Nelson: Salomon va me traiter comme un prince s’ils apprennent que je t’ai tué…je vais être un héros.
Robin: Si tu presses la détente, tu mourras.

Mais comme s’il n’entendait pas, il la pressa. Et avant même que la balle n’ait pu sortir du canon, il se consuma dans des flammes éblouissantes. Lana n’en croyait pas ses yeux et recula lorsque Robin se retourna vers elle. Pourtant, elle n’avait pas l’air de lui vouloir du mal. Au contraire même, elle lui souriait chaleureusement.

Robin: Désolée de t’avoir effrayée. Voici Amon et moi, je m’appelle Robin, Robin Sena. Je suis une sorcière.

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 25 Oct - 16:19

Partie 2: Salomon


…: Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur de parler en ce moment?

L’ironie de Lex était claire envers la personne à laquelle il s’adressait. Pourtant, le jeune Luthor était intrigué. Cette personne était venue à bout de tous les dispositifs de sécurité du manoir, que ce soit les gardes, les caméras ou l’alarme. Entouré de plusieurs personnes masquées, il conversait avec l’image de quelqu’un affichée par un ordinateur portable posé devant lui. L’image était trop sombre pour pouvoir distinguer un visage mais le jeune milliardaire reconnut très nettement une voix de femme.

……: Bonjour monsieur Luthor. Veuillez me pardonnez pour la manière un peu cavalière dont mes hommes sont entrés mais c’était nécessaire pour me garantir toute votre attention.
Lex (esquissant un sourire): Je suis à votre disposition, mademoiselle…
……: Vous saurez mon nom en temps voulu, monsieur Luthor mais ce temps n’est pas encore venu. Cela dépendra de votre refus ou non de la proposition que je vais vous faire.
Lex (intéressé): Une proposition?
……: Je sais que la ville où vous vous trouvez actuellement, Smallville, recèle d’une roche d’origine extraterrestre aux propriétés étonnantes. Grâce à votre usine, vous avez la possibilité de l’extraire et de le traiter selon votre volonté.
Lex: Et quand bien même vous diriez la vérité, en quoi cela vous concerne-t-il?
……: J’aimerai que vous synthétisiez une substance pour moi à l’aide de votre minerai. Un de mes hommes va vous en montrer un échantillon.

L’un des hommes masqués s’avança et déposa une minuscule fiole remplie d’un liquide verdâtre devant Lex. A ses yeux, il n’avait rien d’exceptionnel.

Lex: Qu’est-ce que c’est?
……: Il est inutile que vous le sachiez. Si vous tentez de vous renseigner à son sujet, je le saurais. Cela mettra fin à notre contrat et vous serez exécuté.
Lex (haussant un sourcil): C’est une menace?
……: La simple vérité, monsieur Luthor. L’enjeu est bien plus important que votre simple vie.
Lex: Si vous désirez synthétiser cette substance, je suppose que c’est parce qu’elle comporte des imperfections, je me trompe?
……: Vous êtes intelligent, monsieur Luthor. Tâchez de mettre cette intelligence à mon service.
Lex: Et si j’acceptais, qu’y gagnerai-je?
……: 500 millions de dollars américains et…certaines informations au sujet d’un fermier qui vous préoccupe.
Lex (intéressé): C’est très alléchant mais j’aimerai en savoir davantage.
……: Au sujet de l’argent ou des informations ?
Lex (les yeux brillants) : Les deux.
……: L’argent vous sera livré par mes hommes sous la forme de bons au porteur numérotés et impossibles à tracer. Quant au fermier…je suis en possession de certaines informations ayant attrait à ses origines et notamment à ce qu’il est en réalité. Acceptez-vous mon offre car ce sera la seule que je vous ferrai?

Le jeune Luthor resta immobile quelques secondes puis reporta son regard vers l’écran, un sourire s’affichant sur ses lèvres. Il reprit d’une voix calme, non dénuée d’intérêt.

Lex: Et bien j’accepte. Comment puis-je vous contacter?
……: Vous avez deux semaines pour commencer les essais, je vous recontacterai.

L’un des hommes jeta une petite grenade à ses pieds et une lumière aveuglante envahit la pièce. Lorsque Lex rouvrit les yeux, les hommes et l’ordinateur avaient disparu. Seule la fiole pouvait prouver que ce n’était pas un tour de son imagination.

Lex: Qu’es-tu donc?



Clark Kent marchait dans les couloirs du lycée, en direction de la Torche. Il fut étonné de ne pas croiser Lana, car il devait la retrouver le matin même pour discuter d’un exposé en histoire. D’ailleurs, il s’interrogeait au sujet de Chloé, qui voulait qu’il se rende à la Torche. La veille, elle lui avait dit qu’elle avait quasiment terminé l’édition du jour et ce matin, elle lui envoyait un mail pour lui demander de venir de toute urgence à la Torche. Sans se poser de questions, il ouvrit la porte du local et la referma, sans même voir la silhouette tapie dans l’ombre derrière lui.
Les volets fermés laissaient la pièce dans la pénombre. Une silhouette était assise sur la chaise qu’occupait habituellement la rédactrice de la Torche. Rien qu’à son parfum, il put reconnaître Lana.

Clark: Lana? (jetant un regard circulaire à la pièce avant de se retourner vers elle) Tu as vu Chloé ce matin?
….: Votre amie n’est pas ici.

La lumière s’alluma et le jeune Kent put remarquer la présence d’un homme dans son dos.

…..: Si vous n’opposez pas de résistance, Amon ne vous fera aucun mal, Clark.

Il se retourna et remarqua la présence d’une adolescente derrière Lana, assise sur le canapé. Ses traits étaient également eurasiens mais ses yeux, bien qu’ils soient verts, semblaient également posséder une flamme.

Clark: Qui êtes-vous?
Robin: Je m’appelle Robin Sena. Je suis venue vous avertir, vous et votre amie ici présente que vous êtes en grand danger.
Clark: En grand danger?
Robin (baissant les yeux): Oui et par manque de vitesse, un chasseur s’était déjà mis à la poursuite de Lana. J’ai du m’en occuper.
Clark (fronçant les sourcils): Qu’est-ce que ça signifie?
Amon (esquissant un sourire): Cela signifie qu’elle l’a réduit en cendres. C’était d’ailleurs la meilleure solution pour se faire remarquer par Salomon…
Clark: Je n’y comprends rien.
Robin: Il existe une organisation appelée Salomon et qui existe depuis plus de trois cents ans à présent. Son but est de trouver, lister et éliminer les sorcières.
Clark (surpris): Mais pourquoi en ont-ils après Lana et moi?
Robin: Lana Lang est une descendante de la comtesse Isabelle Théroux et par conséquent, elle possède son patrimoine génétique de sorcière. Jusqu’à il y a quelques semaines, elle ne craignait rien car son pouvoir était latent. Mais depuis qu’ils se sont manifestés…
Amon:…elle est devenue une cible prioritaire à abattre de la filiale américaine de Salomon.

Un lourd silence s’installa dans la pièce. Clark n’arrivait pas à croire ce qu’il venait d’entendre. Lana serait recherchée par une organisation secrète qui chercherait à la tuer.

Robin: Vous n’avez pas été surpris par l’inaction de la police au vu des sorts déclenchés par la comtesse? Croyez moi, tous les réseaux de Salomon sont au courant, même le Japon qui nous a fait parvenir l’information.
Clark (méfiant): ça veut dire que vous aussi, vous êtes des…chasseurs?
Robin: Et bien, en fait…
Amon (ton ferme): Nous avons tous deux quitté Salomon en nous faisant passer pour morts.
Clark: Mais pourquoi?
Amon (regard lointain): Robin avait découvert les arcanes de la sorcellerie et ça, les dirigeants de Salomon ne l’ont pas digéré…
Lana (parlant enfin depuis son arrivée): ça veut dire que vous aussi vous êtes des…
Robin (esquissant un sourire): Sorciers, oui. Mes pouvoirs se sont éveillés il y a déjà plusieurs années mais ceux d’Amon ne se sont pas encore manifestés.
Clark: Attendez…si je comprends bien, cette organisation utilise des sorcières pour chasser d’autres sorcières?
Amon: C’est exactement ça. Ils nous donnent la possibilité d’être le chasseur plutôt que le gibier mais pour ça…
Robin:…il faut accepter de perdre notre âme et nos principes. Tu l’as sûrement lu toi aussi dans ses yeux au moment où il s’apprêtait à te tirer dessus, Lana. Nelson ne vivait plus que pour tuer des sorcières, c’était devenu une machine à tuer…

Lana frissonna en ce remémorant ce souvenir. Il était déjà traumatisant qu’on ait voulu la tuer mais maintenant qu’elle savait qu’elle serait traquée jusqu’à sa mort…

Robin: Pourtant, il reste un point que nous n’avons pas élucidé. Nous savons pourquoi Salomon en a après Lana mais…pourquoi après toi, Clark?
Clark (avalant difficilement sa salive): Je ne sais pas.
Amon: On va savoir ça tout de suite, regarde ça.

Le jeune Kent se retourna vers Amon qui sortit une petite fiole et l’approcha du jeune Kent. Un liquide verdâtre y était contenu et ne bougeait pas du tout.

Amon: Aucune réaction, ce n’est pas un sorcier.
Robin: Le mystère s’épaissit…qui es-tu, Clark?



……: Enfin, j’ai faillit perdre patience, tu sais.

L’adolescent décolla son dos du mur et observa la silhouette d’un homme assez grand, probablement la trentaine, qui marchait dans sa direction, un dossier sous le bras.

……: Tu en as mis du temps, Nagira.
Nagira: Sale gamin! Je te rends service et tu trouves toujours le moyen de rouspéter.
……(esquissant un sourire): Allez Nagira, le prends pas mal. Tu sais que c’est dans ma nature.
Nagira (soupirant): Max…est-ce que tu as une idée du pétrin dans lequel tu vas te fourrer?
Max: Bien sûr. Sinon, je ne t’aurais jamais mis en danger en te demandant de venir en personne m’apporter ces informations.
Nagira: Tu as conscience qu’ils t’ont repéré l’autre soir?
Max (esquissant un sourire): Bien sûr. D’ailleurs, je leur ai laissé suffisamment d’indices pour qu’ils puissent savoir qui je suis. J’imaginerai presque leurs visages pétrifiés de terreur en entendant mon nom…
Nagira: Je ne veux pas en savoir plus. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir pourquoi tu enquêtes sur elle? Tu ne fais pas partie du STN-J, ça s’est sûr!
Max: Je suis comme toi, Nagira. J’ai une dent contre Salomon et j’ai bien l’intention de mettre fin à leurs activités.
Nagira (surpris): Tu comptes détruire à toi seul une organisation qui a plus de trois siècles d’existence?! Tu sais combien de sorciers ont essayé et sont morts avant toi?!
Max (ton froid): Je sais surtout combien ont été tués parce que personne ne faisait rien. Bien après que les sociétés civilisées aient aboli la chasse aux sorcières, il a fallu qu’ils continuent malgré tout et étendent leur pouvoir à tous les pays! Il n’existe aucun endroit que Salomon ne puisse contrôler. Le Japon est l’un des endroits un peu plus sûrs que les autres mais ça ne durera pas.
Nagira: Et avant de te lancer dans cette croisade insensée, que vas-tu faire?
Max (souriant): ça fait longtemps que je n’ai pas été faire un tour en Amérique.
Nagira (frissonnant): Non…tu ne vas tout de même pas…
Max: C’est notre destin et d’ici peu, elle le réalisera.

Et il disparut dans la nuit, laissant l’avocat dans le désarroi le plus total. Puis il finit par esquisser un sourire, tout en allumant une cigarette.

Nagira: Je ne sais pas si ce gamin vivra encore longtemps, mais une chose est sûre, il est déterminé à aller jusqu’au bout. Bonne chance, Max.



L’ambiance qui imprégnait la pièce aurait pu être qualifiée de mortuaire compte tenu du silence implacable qui y régnait en maître.
Vêtu d’un costume noir impeccable, Lionel Luthor était assis dans un confortable fauteuil de cuir. Tout en savourant un verre de Bordeaux, il ne quittait pas des yeux la femme assise devant lui. Un sourire ironique laissait présumer de ses intentions.

Lionel: Dites-moi Geneviève, pourquoi me paraissez-vous si…nerveuse?

Le fixant d’un regard noir, Geneviève Teague écumait de rage. Pourtant, à cette haine se mêlait aussi une certaine forme de peur, une peur dont Lionel Luthor comptait bien tirer profit.

Lionel: Et bien, ma chère amie, parlez donc.
Geneviève: C’est bien vous qui m’avez dénoncé, n’est-ce pas?
Lionel (jouant les innocents): Mais de quoi diable parlez-vous? Auriez-vous commis un pêché si abominable pour qu’on vous recherche?
Geneviève (se levant): Arrêtez ce pitoyable jeu, Lionel!

Tout en gardant son sourire, le milliardaire se leva lui aussi de son siège et porta le verre à ses lèvres tout en fixant toujours la mère de Jason. Après avoir bu une gorgée, il se rapprocha d’elle et murmura à son oreille.

Lionel (voix basse): Voyons Geneviève, vous savez tout comme moi que la pratique de la sorcellerie est considérée comme une hérésie…
Geneviève: Nous ne sommes plus au Moyen-Âge, Lionel! Les chasses aux sorcières n’ont plus cours depuis des siècles!

Le milliardaire éclata d’un rire froid et rempli de moquerie. Cela eut pour effet d’agacer encore un peu plus la femme d’Edward Teague, qui se retenait à grand peine de l’étrangler.

Lionel: Votre naïveté est touchante, Geneviève, vraiment touchante. Malheureusement, il semble clair que vous ignorez certaines informations pourtant assez…anciennes.
Geneviève (inquiète): Qu’entendez-vous par là?
Lionel: Les chasses aux sorcières n’ont jamais pris fin, Geneviève. Elles sont juste devenues plus discrètes. Vous étiez déjà sur leurs listes, en tant que descendante de Gertrude et à présent, ils vous ont désigné comme proie.
Geneviève: Pourquoi?! Je n’ai commis aucun acte de sorcellerie en public, il n’y a donc aucune preuve…
Lionel (ton dégagé): Oh mais vous savez, de nos jours, placer une caméra ou un micro chez quelqu’un est devenu si facile. Il aurait donc été tout aussi simple de surprendre l’un de vos rites et de le leur transmettre…
Geneviève (le visage déformé par la haine): Vous êtes vraiment un monstre, Lionel…
Lionel (sourire carnassier): Cela ne m’empêche pas d’aider des organisations hautement qualifiées pour appréhender les véritables monstres.

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
toinou
Végétal
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 29
Localisation : FRANCE !
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Jeu 26 Oct - 23:42

hey c'est interessant j'espère avoir bientot la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 1 Nov - 23:57

Merci pour ton com, Toinou. Smile
Voici la suite, bonne lecture!


Partie 3: Max


Le soleil venait tout juste de se lever quand l’adolescent descendit du train. Edgar Nollan, contrôleur de cette gare depuis plus de vingt-six ans, le regarda avec un mélange de curiosité et de méfiance.
Ce garçon était âgé d’environ dix sept ans. Ses cheveux bruns, coupés assez courts, voletaient au gré du vent. Ses yeux, d’un bleu perçant, semblaient se perdre dans l’horizon. Il portait des vêtements tout à fait ordinaires et une vieille valise constituait son seul bagage. Pourtant, quelque chose d’inhabituel se dégageait de lui. Le vieux contrôleur s’approcha de ce garçon et lui demanda son billet. Ce dernier le lui tendit sans aucune forme de protestation et l’homme ne put que constater que tout était en règle.

Contrôleur: Et bien monsieur…(regardant le billet)Max, qu’êtes-vous venu faire dans une si petite ville?
Max: On dit que l’air y est bon et les gens sont chaleureux. Je suis en quête de ce feu purificateur…
Contrôleur (étonné par cette réponse): Pourtant, les gens de votre âge sont plutôt attirés par les grandes villes comme Métropolis.
Max (esquissant un sourire): Trop mal fréquenté à mon goût…vous n’êtes pas d’accord?
Contrôleur (lui rendant son billet): Assurément. Bon séjour à Smallville.
Max (murmurant): Il ne peut être que bon.

Et il s’en alla, laissant le vieil homme seul sur le quai de gare, avec la drôle d’impression de ne pas avoir croisé quelqu’un d’ordinaire.



La pièce était plongée dans la pénombre. Le sol était recouvert de poussière et de débris de verre. Les murs, recouverts d’un papier peint ocre, semblaient décrépis. Les meubles qui s’y trouvaient étaient tous recouverts de draps blancs et la jeune femme ne s’y attarda pas. Posant son regard sur la fenêtre brisée, d’horribles souvenirs lui revinrent en mémoire. Les coups de feu résonnaient dans son esprit de manière aussi cinglante que ce jour là. En posant une main dans son dos, elle pouvait encore se souvenir de la souffrance ressentie lorsque les balles l’avaient atteintes.
Cette nuit horrible…jamais elle ne pourrait l’oublier. Durant plusieurs semaines, elle était restée entre la vie et la mort, tout cela par la faute de cet homme dont elle partageait les gènes. Elle le haïssait et pourtant…pourtant, il était mort et elle ne pouvait pas continuer à poursuivre un fantôme.
Ses yeux bruns laissèrent couler des larmes dépourvues du moindre sanglot. Ces larmes étaient un adieu à une époque passée, une époque où elle avait des amis et pendant laquelle elle avait cru pouvoir être heureuse.

….: Papa, de là où tu te trouves, admire l’œuvre que tu as commencé et que je vais perpétuer.

Seul le silence répondit à ses paroles. Elle se dirigea vers l’un des meubles et ôta le drap qui le recouvrait. Sans se presser, elle ouvrit l’un des tiroirs de la commode et en sortit un cadre photo. Essuyant la poussière qui le recouvrait, elle contempla sa propre silhouette, de quelques années plus jeune. Elle portait des vêtements similaires à ceux qu’elle portait aujourd’hui, mais à cette époque elle savait sourire. Ce sourire qu’elle adressait avec sincérité à tous ses proches, un sourire qui avait quitté ces traits trois mois après cette fameuse nuit.
Son regard s’orienta lentement vers la silhouette d’un homme, qui se tenait debout à côté d’elle sur la photographie. Ses yeux fixèrent cet homme avec un mélange indéfinissable de sentiments. Personne n’aurait pu dire ce qu’elle ressentait en cet instant.

….: Ainsi, tu es réapparu…Amon.



Trois jours avaient passé depuis la conversation qu’il avait eu avec cette mystérieuse femme et Lex les avait utilisé le mieux qu’il avait pu. Ayant fait appel à tous les moyens en sa possession et aux infrastructures présentes à Smallville, il avait consacré son temps à deux choses. La première avait été d’extraire des météorites en grande quantité et de les raffiner par la suite en utilisant le même procédé que son père, sous forme de lingots. La seconde chose concernait cette étrange substance qui était entrée en possession de Lex. Le milliardaire avait été stupéfié par sa complexité. Il ne s’agissait ni d’un poison, encore moins d’un virus ou d’un médicament. Cette substance verte était une véritable énigme pour le fils de Lionel et cela n’attisait que davantage son impatience à en savoir plus. Néanmoins, il avait remarqué qu’un des chercheurs qu’il avait mis sur l’étude de cette substance avait été pris de convulsions et d’une sorte de peur panique incontrôlable. Depuis la veille, il était à Summerholt, sous haute surveillance.

Lex: Avez-vous quelque chose de nouveau à m’apprendre, professeur Baldwin?

Le professeur Baldwin en question était un homme d’une quarantaine d’années, aux cheveux bruns coupés très courts et au visage habituellement inexpressif. Alex Baldwin n’était pas en tous points conforme à l’archétype du scientifique de renom. Il avait passé deux ans en prison pour une expérience ayant mal tourné. Expert en biochimie, il était à la base du projet concernant le clonage d’Emily Dinsmore, l’amie d’enfance de Lana. Après l’avortement du projet, il avait été dénoncé par Lionel Luthor et jugé pour son crime. Cela faisait trois semaines que Lex l’avait fait acquitter afin qu’il participe à l’un de ses projets en cours pour la LexCorp. Bien qu’intéressé par les possibilités que lui offrait la société, le professeur n’aurait jamais imaginé être confronté à un problème d’une telle complexité, personnifié par cette substance.

Baldwin: Et bien, je ne sais pas trop quoi vous répondre. Nous n’arrivons pas à déterminer l’utilité de ce liquide, pas plus que sa provenance. Nous essayons d’analyser les éléments chimiques qui le composent mais plus on avance et plus c’est…stupéfiant.
Lex (agacé): Pourriez-vous être plus clair?
Baldwin: J’ai étudié le cas du docteur Wang et je crois en avoir déterminé la cause.
Lex: La cause?
Baldwin: Oui. Apparemment, la substance est incompatible avec des hommes comme vous et moi. Elle doit être faite spécifiquement pour certains individus aptes à la supporter.
Lex: Et quel genre d’individus?
Baldwin: Je ne pourrais pas le dire avec certitude mais il leur faudrait un patrimoine génétique légèrement différent du nôtre.
Lex (les yeux étincelants): De plus en plus intéressant…



Il était 9h et le Talon venait d’ouvrir ses portes. Lana distribuait des cappuccinos comme à son habitude et les quelques clients présents ne dépassaient pas dix-sept ans. L’ambiance était plutôt calme et les personnes présentes paraissaient toutes ensommeillées. Pourtant, deux d’entre elles faisaient exception. Il s’agissait d’Amon qui lisait le Washington Post et de Robin, qui observait le pendentif qu’elle portait autour du cou, le visage rêveur. Depuis trois jours, aucun autre chasseur n’avait fait son apparition mais ce n’était que temporaire. D’ici peu, ils savaient tous trois que des chasseurs seraient envoyés l’un après l’autre dans le but de l’éliminer. Cela rappelait d’ailleurs à Robin la situation qu’elle avait vécue elle-même deux ans plus tôt. Sauf qu’à cette époque, elle était seule.

Amon: A quoi penses-tu?
Robin: Cette fille, Lana, tu ne trouves pas qu’elle…
Amon (la coupant): Non.

L’adolescente fut surprise par une réponse si brusque. L’ancien chasseur n’avait pas pour habitude de perdre le calme et la froideur qui le caractérisaient. Pourtant, elle avait perçu un sentiment semblable à de la colère dans sa voix.

Amon: Elle ne te ressemble pas. Elle n’a aucune obligation et vit dans une ville idyllique, entourée par des amis qui prennent soin d’elle et la protègent. Toi, tu étais seule, obligée chaque jour de chasser et finalement poursuivie pour une faute qui ne peut t’être reprochée, c’est à dire d’exister.
Robin (baissant les yeux): Je n’ai pas oublié…
Amon: Et tu n’oublieras jamais. C’est marqué au plus profond de toi et jamais ça ne s’effacera. Tu ne peux que vivre avec, tout comme moi, je vis avec…

Elle saisissait parfaitement de quoi il voulait parler. Cela faisait partie des rares sujets délicats qu’ils n’abordaient que très rarement. Pourtant, s’il avait pris la peine d’y faire mention, c’est qu’il voulait très certainement en parler.

Robin: Elle te manque?
Amon (ton dégagé): Qui?
Robin (ton sérieux): Tu sais très bien de qui je parle.
Amon (pliant son journal): Ça fait deux ans maintenant…mais tu as raison, je n’arrive pas à l’oublier. C’est ma faute si…
Robin (voix basse): Tu sais très bien que non.
Amon: Si, c’est ma faute mais je ne le regrette pas. Si c’était à refaire, je sais que je le referai. Je ne pouvais pas les laisser t’abattre en les regardant faire. J’ai choisi de te venir en aide et c’est pour ça qu’elle a été blessée. Mais maintenant, elle m’a sûrement oublié…
Robin: Je sais que je n’ai pas eu l’occasion de te le dire mais…je suis désolée, si j’avais agi plus vite, ça ne se serait pas passé comme ça.
Amon: Ça ne sert à rien de revenir sur le passé. Rien ne pourra le changer, on ne peut que l’accepter et aller de l’avant.
Robin (le visage triste): Toko…



Max venait de pénétrer à l’intérieur d’un des seuls hôtels de la petite ville. En temps normal, l’hôtelier aurait dû être étonné de voir un garçon si jeune prendre une chambre d’hôtel pour la semaine. Mais ce dernier avait fait en sorte qu’il ne prête aucune importance ni à son âge ou à son allure. Il utilisait souvent ce moyen, en particulier pour acheter des billets d’avion car il n’était pas encore majeur. Tout en déposant sa valise sur le lit, il ôta sa veste et la posa négligemment sur la chaise. Puis il se dirigea vers sa valise qu’il ouvrit. A l’intérieur se trouvaient quelques vêtements, un peu d’argent liquide et quelques appareils utiles. Mais ce qui attirait son attention plus particulièrement était une petite boîte en bois sculptée qu’il prit dans ses mains.
Il la déposa sur la table qui se trouvait devant lui et l’ouvrit. Elle contenait plusieurs petits objets d’aspects divers et qui semblaient être ses effets personnels.
Le premier était la photo d’un homme souriant d’environ cinquante ans, en compagnie d’un petit garçon de huit ans. L’adolescent esquissa un faible sourire à la vue de cette photo, avant de la mettre de côté.
Puis il prit en main une autre photo. Celle-ci avait plutôt l’air d’être prise à la dérobée et représentait le portrait d’une adolescente de son âge, aux cheveux auburn et à l’intense regard émeraude. Il l’observa durant quelques secondes puis la remit à son tour dans la boîte.
Enfin, il prit un petit objet en main, enveloppé soigneusement dans un mouchoir de soie bleue.
Il entendit quelqu’un frapper à sa porte et le glissa dans sa poche avant de refermer sa valise à clés tout en y ayant replacé la petite boîte. Il alla ouvrir à la femme de ménage et en profita pour sortir.
Au passage, il donna un billet à la femme qui parut hallucinée par la somme.

……: Mais monsieur, c’est beaucoup trop!
Max (souriant): Je ne pense pas que vos deux enfants seraient du même avis. Emmenez les donc au restaurant ce soir, madame Cruz.
Madame Cruz: Mais comment connaissez-vous mon nom?
Max (lui murmurant à l’oreille): Cela n’a pas la moindre importance. Dès que j’aurais franchi le seuil de cette porte, vous allez oublier cette conversation et me considérer comme un client ordinaire. Vous penserez que cet argent provient d’une prime. Au revoir.

Et il sortit de la chambre alors que les yeux de la femme venaient d’étinceler. Elle avait repris son calme et ne paraissait plus se soucier d’autre chose que de faire son travail.



Lionel Luthor venait d’entrer à l’intérieur d’un bâtiment dont il n’aurait jamais pu soupçonner l’existence. Les murs étaient faits d’une pierre apparemment très ancienne et les parois étaient gravées de runes et autres symboles dont il ne connaissait le sens. Geneviève Teague marchait à ses côtés, le visage dénué d’émotions.

Lionel: Voici donc le fameux temple secret de la sorcellerie…si un jour, on m’avait dit que je le visiterai, je ne l’aurais pas cru.
Geneviève: Je ne sais pas ce qui me retient de vous tuer sur le champ, Lionel…
Lionel (ton glacial): Peut-être le fait que si je ne reviens pas sain et sauf à ma résidence d’ici ce soir, vous aurez tous les chasseurs de Salomon à vos trousses, Geneviève…
Geneviève (en colère): Peut-être…mais en vous montrant l’un des plus grands secrets de la sorcellerie, je trahis l’ordre auquel j’ai juré allégeance.
Lionel (l’air peu préoccupé): Un ordre voué à disparaître, vous voulez dire…
Geneviève: Si seulement je pouvais éradiquer tous ces…chasseurs!
Lionel: N’y songez même pas. Les membres de Salomon sont ancrés dans toutes les strates sociales, du simple fermier aux membres du gouvernement. Et je ne parle pas seulement à l’échelle des Etats-Unis, mais au contraire au niveau mondial.

Ils arrivèrent à l’intérieur d’une immense salle, donc le toit était une voûte soutenue par quatre piliers aux quatre coins de la pièce et par un autre, de diamètre plus large, au centre. Des mosaïques représentant des anges et des démons y étaient présentes et n’avaient pas l’air d’avoir été altérées par le temps ou l’usure. Ils avancèrent jusqu’au centre, où se trouvait un autel. Mais ils ne s’y attardèrent pas et pénétrèrent dans une autre salle remplie de milliers de livres d’aspect ancien.
Le visage du milliardaire fut partagé entre la surprise et une joie sans bornes.

Lionel: C’est fascinant…
Geneviève: Ce lieu rassemble plusieurs milliers d’ouvrages sur la sorcellerie, qui s’étendent de nos jours jusqu’à il y a plusieurs millénaires.
Lionel: Ce qui m’intéresse plus particulièrement serait le sortilège que la comtesse Théroux avait utilisé sur son grimoire et qui lui a permis de posséder la jeune mademoiselle Lang…
Geneviève: Isabelle était la seule à le connaître et c’est en partie à cause de ce sortilège qu’elle était considérée comme une puissante sorcière. De plus, une rumeur courrait au sujet d’un sortilège d’immortalité dont elle aurait percé le secret peu avant sa mort mais sans pouvoir l’utiliser.
Lionel (les yeux étincelants): Pouvez-vous m’en dire davantage?
Geneviève (esquissant un sourire carnassier): Il paraîtrait qu’en réunissant les trois pierres de la connaissance et en utilisant une certaine formule, on peut acquérir l’immortalité. C’est pour ça que j’ai entrepris cette quête depuis tant d’années…
Lionel: Seriez-vous en mesure de réaliser ce sort si vous étiez en possession des pierres?
Geneviève (ton dédaigneux): Evidemment, je ne suis plus une novice en sortilège depuis longtemps…
Lionel (souriant malicieusement): Ma chère Geneviève, il est probable que nous pussions trouver un arrangement…que diriez-vous si je vous proposais d’obtenir avec moi l’immortalité?
Geneviève (les yeux écarquillés): Mais vous êtes fous! Personne n’a été en mesure de réunir les trois pierres depuis des millénaires alors comment vous, simple mortel, le pourriez-vous?
Lionel (énigmatique): Grâce à l’aide de ceux qui vous pourchassent…je suis certain qu’ils accepteront de me livrer ce secret en échange d’une des proies qu’ils veulent obtenir…
Geneviève (intriguée): Et qui voulez-vous sacrifier pour réussir cette entreprise?
Lionel: La descendante de la comtesse qui avait bafoué votre famille, je veux bien sûr parler de…Lana Lang.

La sorcière esquissa un large sourire et sans avoir besoin de recourir aux mots, ils passèrent ensemble un pacte tacite qui devait les mener sur la voie de l’immortalité.

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 22 Nov - 20:59

Partie 4: Mauvais augure



Max marchait tranquillement dans les rues de la petite ville. Qu’un tel lieu puisse encore exister sous l’ère des nouvelles technologies et de l’urbanisation massive lui paraissait être un miracle.
Tout en continuant à marcher, il finit par arriver aux portes du Talon. En entrant, il heurta sans faire exprès une adolescente qui en sortait. Il se retourna pour s’excuser tout en continuant à marcher et elle fit de même. Leurs regards se croisèrent durant une fraction de seconde avant qu’elle ne franchisse la porte.
Max resta immobile durant une seconde, les yeux rivés sur le dos de cette fille. Il sortit une photographie de sa poche et esquissa un sourire.

Max: Les informations de Nagira étaient justes si j’en crois cette photographie…Robin Sena.

Il remit la photo dans sa poche et voulut sortir mais il interrompit son geste. Une lueur dorée se dégageait de l’intérieur de sa veste. Il l’entrouvrit et saisit un objet de sa poche. L’objet en question, de petite taille, était enroulé dans un mouchoir de soie bleue et ne cessait de vibrer. Tout en jetant des regards furtifs aux alentours, il prit la direction des toilettes. Une fois à l’intérieur, il ôta le morceau de tissu et révéla une pierre en métal argenté, d’aspect triangulaire, qui étincelait de lumière. L’adolescent plissa les yeux et l’intensité diminua, révélant au centre de l’objet une gravure représentant un 8 inscrit dans un pentagone. Max tourna la paume de sa main vers le haut et la pierre s’éleva d’elle-même, continuant à irradier d’un faible halo doré. Après avoir tourné lentement, la pointe s’arrêta en direction du plafond. Il esquissa un sourire et la remit dans sa poche avant de sortir rapidement de l’établissement.

Max: C’est mon jour de chance, non seulement je t’ai trouvé, Robin, mais aussi l’une des pierres…



Lana avait rapidement filé en voyant Robin et Amon sortir du Talon. Ces derniers jours avaient été assez difficiles pour elle et elle n’avait même pas eu le temps d’appeler Jason pour s’excuser. Une fois arrivée au coin de la rue, elle prit son téléphone portable et composa son numéro.

Lana: Allô Jason?
Jason (ton glacial): Ah salut Lana, ça fait un moment que tu n’avais pas appelé. Je me demandais si tu n’avais pas oublié mon nom…
Lana (cherchant une excuse): Je sais, je suis désolée mais j’ai vraiment été très prise ces derniers jours et depuis notre dispute, je m’en veux. Est-ce que tu pourrais passer me voir?
Jason (détaché): En ce moment, je suis sur un travail assez urgent pour Lex. Je ne peux donc rien te promettre.
Lana (abattue): Jason, si je ne t’ai pas appelé, c’est qu’il s’est passé quelque chose de grave. J’ai absolument besoin de te voir.
Jason (inquiet): Est-ce que tout va bien?
Lana: Pour le moment oui mais je…j’ai peur, viens s’il te plaît.
Jason: Je viendrais ce soir, promis, en attendant, tu ne sors pas de chez toi, d’accord?
Lana (esquissant un maigre sourire): Juste le temps de faire quelques courses. Je t’aime.

Et elle raccrocha tout en montant en voiture. Cette conversation entre eux avait pris une tournure qui lui avait paru étrange. Certes, elle avait été sincère dans les mots qu’elle lui avait dit mais elle avait senti que ses derniers mots sonnaient moins vrais qu’auparavant, comme si elle n’était plus aussi amoureuse. Est-ce que ses pouvoirs auraient altéré ses sentiments? Ou bien ses sentiments avaient-ils déjà changé?
Tout en étant perdue dans ses pensées, elle prit inconsciemment la route qui la mènerait chez les Kent.



Lex: Je me fiche de vos excuses! Je veux une explication et vite!

Furieux, le jeune Luthor lança le téléphone à travers la pièce. Il venait d’apprendre que la mystérieuse substance verte qu’on lui avait confié, avait disparu depuis plusieurs minutes sans aucune trace d’effraction apparemment. Ses chercheurs prétextaient qu’ils s’étaient assoupis à cause du manque de sommeil. Pourtant, le milliardaire n’était pas dupe. Il était plus qu’improbable qu’une trentaine de scientifiques perdent connaissance en même temps et durant le même laps de temps, surtout lorsque l’une de ses acquisitions les plus précieuses se trouvaient dans le labo où ils travaillaient.
C’est alors qu’il vit sa boîte e-mail clignoter, signe qu’il venait de recevoir un nouveau message. Il cliqua négligemment dessus et resta cloué sur sa chaise. Il s’agissait d’un document audio et dont il reconnût tout de suite la voix.

……: Il est parfaitement inutile que vous cherchiez à retrouver la fiole que je vous avais prêté car elle est de nouveau en ma possession. Après analyse de vos bases de données, j’en ai conclu que vous aviez suffisamment d’informations sur la substance pour mener à bien le projet dont je vous ai parlé. Je vous recontacterai dans une semaine, afin de vérifier l’avancée de vos expériences. A bientôt, monsieur Luthor.

Puis l’enregistrement prit fin. Lex voulut le remettre au début mais lorsqu’il cliqua, l’e-mail disparût.
La fureur qu’il avait ressenti face à la disparition de la fiole, laissa place à l’incompréhension la plus totale. Le jeune milliardaire avait toujours fait en sorte d’être entouré des meilleures personnes dans tous les domaines, que ce soit en informatique, dans le domaine de la sécurité ou même des chercheurs qu’il employait. Pourtant, il se trouvait impuissant face à cette femme dont il ne savait rien et qui le manipulait comme un jouet. Elle semblait être encore plus douée que Lionel et pourtant, elle paraissait aussi plus jeune.
Il appuya sur l’interphone qui le reliait à sa secrétaire.

Lex: Rébecca, joignez l’agent Gibbs du FBI et dites-lui que je dois le voir le plus tôt possible.
Rébecca: C’est noté. Dois-je lui transmettre un autre message, monsieur?
Lex (serrant les dents): Juste l’avertir de se déplacer dans les plus brefs délais s’il tient à sa place.

Et il coupa l’interphone. Plus le temps passait et plus il avait l’impression de perdre tout contrôle sur la situation. Cependant, il était conscient que la colère ne le mènerait nulle part, il préféra donc privilégier sa curiosité naturelle. L’agent Gibbs arriverait probablement dans l’après-midi et plus tôt il se serait mis au travail, plus vite Lex obtiendrait des informations sur cette mystérieuse femme.



Amon venait de laisser Robin devant l’entrée de leur hôtel avant de redémarrer. L’adolescente s’attarda un moment devant l’entrée du bâtiment et comme saisie d’un frisson, elle se retourna brusquement. Néanmoins, à cette heure de la journée, les rues étaient désertes et donc elle ne vit personne. Rassurée, elle franchit la porte alors qu’un individu sortait de l’ombre d’une ruelle. Habillé tout de noir, il tenait dans sa main un pistolet similaire à celui de Nelson. Il portait une oreillette et un micro qu’il s’empressa d’utiliser.

……: Ici Peterson, Robin Sena vient de regagner son hôtel. Chasseurs en position, attendons ordres.
……: Ordre d’investir discrètement le bâtiment et de capturer la sorcière, de préférence vivante.

Le signal s’interrompit et il coupa son micro. Ronald Peterson était un homme d’une trentaine d’années. Ancien Marine, il avait été recruté par la SAAS, abréviation pour « Secret American Affiliate of Salomon » en raison de son patrimoine de sorcier, resté latent. Son équipe était prête à intervenir au moment où il en donnerait l’ordre, ce pourquoi il ne se fit pas prier. Il haïssait les sorcières qui étaient la cause des nombreux massacres dont il avait été témoin. Des gens sans pitié, utilisant leurs dons pour le mal. Telle était la vision que lui avait montré, ou plutôt inculqué Salomon et qu’il croyait éperdument. Lui et trois autres chasseurs pénétrèrent à l’intérieur de l’hôtel, non conscients du fait que quelques mètres plus haut sur l’un des autres immeubles, ils étaient eux aussi observés.

Peterson: Crown, passe par la fenêtre. Simson, tu surveilles l’escalier de secours. Wolf, tu me couvres à la porte.

Les différents chasseurs se dispersèrent et Ronald se plaqua sans bruit contre la porte. La sueur perlait sur son front, comme avant chaque affrontement contre une sorcière. Il vérifia son artillerie et se répéta mentalement les préceptes de Salomon. Puis il fit un signe spécifique du poing à l’intention de son équipier et défonça la porte tout en lançant une grenade de gaz soporifique.
Des flammes apparurent un peu partout dans la pièce mais il était clair que le gaz prenait déjà effet sur elle. Robin finit par tomber à genoux alors que les deux chasseurs la visaient de leurs revolvers avec un certain sourire de satisfaction.

Peterson : Robin Sena, la traîtresse…j’espère que Salomon me permettra d’assister à ton supplice, après tout, je crois l’avoir mérité…
Robin (affaiblie): Qu’est-ce que…qu’est-ce que vous me voulez ?
Peterson: Salomon veut t’interroger. Je vais donc te livrer à eux…
…: ça m’étonnerait…

Les deux chasseurs se retournèrent et virent un garçon arriver par la vitre, les deux autres chasseurs étendus sans vie à ses pieds. Le chasseur lui jeta un regard de haine alors que celui de l’adolescent était froid et inexpressif.
Il avança tranquillement vers Robin, inconsciente, et la prit délicatement dans ses bras avant de se détourner de ses agresseurs.

Peterson: Non mais où crois-tu aller comme ça ?!
…: Si vous sortez par cette fenêtre en tentant de me suivre, vous mourrez sur le coup. Est-ce votre souhait ?

Et sans dire d’autre mot, il sortit par la fenêtre. Enragé, le chasseur qui accompagnait Peterson se précipita à leur poursuite. Mais dès qu’il fut à l’extérieur, un éclair s’abattit sur lui, le tuant instantanément.

Peterson : Wolf!!!

Le chasseur tomba à genoux, les dents serrées devant les cendres de son ami. L’adolescent lui adressa un regard, dénué de toute compassion.

…: Maintenant, vous savez ce que c’est que de voir les siens éliminés les uns après les autres.
Peterson (fou de rage) : Dis moi ton nom et je te jure que je te poursuivrais jusqu’à ta mort !!
…: Je m’appelle Max, quant à mon nom, Salomon le connaît déjà. Rapporte leur d’abord ce qui vient de se passer et ensuite, si tu veux tellement aller à la rencontre de ta propre mort, rejoins moi ici. Tu comprendras le véritable sens du mot souffrance…

Et il disparût, laissant le chasseur pleurer sur les dépouilles de ses trois amis.



Une dizaine d’hommes étaient assis autour d’une table ronde, au milieu d’une salle obscure. Les murs étaient complètement nus et le seul ornement visible était une représentation grandeur nature du Christ crucifié, taillé dans le marbre à l’une des extrémités de la pièce. Pourtant, aucun des hommes ne semblait y prêter attention. Chacun d’eux portait une longue robe noire et était âgé d’au moins cinquante ans. Leurs visages sévères et froids auraient pu faire frémir quiconque aurait tenté de pénétrer dans cet endroit. Bien que le climat de Toscane aurait du donner un peu de chaleur à cette pièce, elle était plongée dans un froid des plus rigoureux. Ce froid n’atteignait pourtant aucune des personnes présentes, dont les yeux étaient dépourvus d’expression. Finalement, l’un d’entre eux se leva et fit face à l’assemblée. C’était un homme âgé d’environ soixante ans, aux longs cheveux blancs et à l’intense regard bleu. Ses traits étaient ridés mais ils gardaient une certaine noblesse qui imposait le respect à ses autres compagnons

……: Mes chers frères, c’est avec tristesse et colère que je vous annonce des nouvelles troublantes. (Il fit une pause avant de reprendre) L’inquisiteur que nous avions envoyé au Japon a été assassiné par un sorcier dans un combat singulier il y a une semaine de cela, et maintenant, ce sont quatre chasseurs américains qui viennent de perdre la vie.
……: Juliano, bien que cette nouvelle ne me laisse pas insensible, nous savons tous que ce sont des pertes acceptables.

L’homme qui venait de parler était un homme d’une cinquantaine d’années, aux courts cheveux blancs avec une légère teinte blonde, ainsi que doté d’une moustache élégante. Ses yeux noisette étaient perçants et laissaient clairement percevoir la curiosité du prêtre à l’égard de son confrère, qui parlait d’un sujet si anodin. En effet, rien n’aurait pu mieux illustrer l’expression « le calme avant la tempête ».

Juliano: En effet, Erwan. Cependant, l’inquisiteur et l’un de ces chasseurs ne sont pas morts de manière commune. Ils ont été…foudroyés.

Un murmure parcourut l’assemblée et l’inquiétude apparut sur certains visages. Erwan gardait cependant tout son calme et fixait son interlocuteur avec un mélange d’appréhension et de colère.

Erwan: Et alors? De nombreux sorciers utilisent l’électricité, ce n’est pas un fait nouveau.
Juliano: Justement, il n’a pas seulement utilisé l’électricité. La foudre qui a tué nos chasseurs venait du ciel et ça, une seule famille de sorciers en est capable…
……(murmurant): Les Lilin…

Un autre homme venait de prendre la parole. De corpulence plutôt ronde, le prêtre au crâne dégarni se signa plusieurs fois tout en transpirant abondamment. La sueur coulait le long de son front alors que ses yeux semblaient sortir de leurs orbites. Le père Juliano reprit la parole.

Juliano: J’en suis arrivé à la même conclusion, père Miguel. Nos sources étant fiables, je pense pouvoir affirmer qu’il s’agit d’un Lilin. Cependant, ce n’est encore qu’un adolescent et il est probable qu’il ne maîtrise pas encore l’intégralité de ses pouvoirs.
Erwan: Il est peut-être jeune mais ça ne suffit pas à dire qu’il n’est pas un danger. Ses ancêtres ont déjà prouvé qu’ils étaient capables de nous tenir tête, même à un âge juvénile.
Juliano: Ce que je voulais dire, c’est qu’il était encore temps de mettre fin à cette menace. En prenant des mesures suffisantes, nous devrions pouvoir en venir à bout.
Erwan: Sauf votre respect, vous êtes vous-même la dernière personne à avoir affronté un Lilin et votre victoire ne fut guère aisée.
Juliano (souriant): Je ne le nie pas, Erwan. Et d’ailleurs, je crois être trop vieux maintenant pour affronter un adversaire à la fois puissant et dans la fleur de l’âge. Néanmoins, j’ai déjà pris des mesures et en ce moment, l’homme de la situation est à mi-chemin entre ici et l’endroit où se trouve notre ennemi. Ce n’est donc plus qu’une question de temps.
Erwan (acquiesçant de la tête): Vous êtes décidément toujours aussi prévoyant, père Juliano. Espérons juste que nos espoirs se réalisent sans encombres.
Juliano (intrigué): Pourquoi en serait-il autrement?
Erwan (haussant les épaules): Ce n’est qu’une intuition mais j’ai la sensation que ce garçon est un mauvais augure pour nous…

La séance fut levée et seuls restèrent Juliano et Erwan. Les deux hommes avaient à parler seul à seul et personne n’aurait osé aller contre la volonté de deux des plus puissants membres de Salomon. Le visage d’Erwan avait perdu toute sérénité et semblait rongé par l’anxiété.

Erwan: Juliano, j’ai honte de le dire mais j’ai peur.
Juliano (visage fatigué): Tu n’es pas le seul, Erwan. Nous connaissons tous deux la prédiction. Si jamais ils réunissent les trois pierres, c’en sera fini…
Erwan: Connais-tu le nom de ce garçon?
Juliano: D’après mes sources, il s’appellerait Maximilien Lilin.

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Sephiroth
Sage
avatar

Nombre de messages : 335
Age : 29
Localisation : Panda Land ^^
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 22 Nov - 21:57

RAHHHHH mais Laurent, franchement.....t'aurais du fait L !!!!!!!!!!!! Qu'est-ce que tu fous en S !!!!!!!!! le mec qui fait genre 6 copies doubles sur smallville, rahlala

P.S: j'ai pas lu car quand j'ai vu la taille de tes posts, j'ai failli m'évanouïr xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia
Admin
avatar

Nombre de messages : 324
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 22 Nov - 22:05

lol, tu as tort de pas la lire, parce qu'en plus d'etre longue et fournie, elle est super bien ecrit cette fic Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 22 Nov - 22:33

Merci Malicia, ça fait du bien de se sentir soutenu. Smile

Bon Sephi, c'est clair que tu n'es pas fait pour lire des fics on dirait. lol!
Si mes petits partiels te font peur, alors je t'imagine même pas aller sur un vrai forum de Fics où la plupart des partiels font le double ou le triple des miens (c'est pas des blagues, tu peux aller vérifier. Wink ).

Sinon, pour tes évanouissements, je te conseille les bd. Les dialogues sont beaucoup plus courts, tu ne craindras rien.
En ce qui me concerne, je préfère les livres longs et croustillants à souhait. (Harry Potter 7, où es-tu?!!)


Laurent94

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Sephiroth
Sage
avatar

Nombre de messages : 335
Age : 29
Localisation : Panda Land ^^
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 22 Nov - 22:41

u_u


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 22 Nov - 23:26

Eviter de flooder stp, surtout sur ma fic. lol!

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Sephiroth
Sage
avatar

Nombre de messages : 335
Age : 29
Localisation : Panda Land ^^
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Mer 22 Nov - 23:56

mais je floode pas ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia
Admin
avatar

Nombre de messages : 324
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Jeu 23 Nov - 0:16

c'est quoi flooder??? lol (poster pour ne rien dire? lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Jeu 23 Nov - 0:17

Oui, flooder ça veut dire mettre pas mal de posts mais dont le contenu est très restreint ou complètement inutile.
Vu que là, il a mis "u_u", je considère effectivement ça comme du flood.

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Sephiroth
Sage
avatar

Nombre de messages : 335
Age : 29
Localisation : Panda Land ^^
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Jeu 23 Nov - 0:19

bah c'est juste pour montrer que je suis abasourdi par ce que tu as dit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia
Admin
avatar

Nombre de messages : 324
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Jeu 23 Nov - 0:24

Sephiroth a écrit:
bah c'est juste pour montrer que je suis abasourdi par ce que tu as dit

lol, n'empeche que là je comprend se que tu as dis alors que la premiere fois j'avais pas compris ton smiler lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Jeu 23 Nov - 0:44

Comme quoi, aucun smiley ne vaudra une bonne phrase avec de vrais mots. Les smileys, c'est bien pour compléter mais par pour remplacer. lol!


Laurent94 (linguiste à ses heures Cool )

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Sephiroth
Sage
avatar

Nombre de messages : 335
Age : 29
Localisation : Panda Land ^^
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Sam 2 Déc - 3:37

oui mais les smileys sont là pour enrichir la discussion, si ce n'était que des "palabras" olala, ça ne serait pas marrant, et puis on a des smileys sur le fofo, c'est fait pour ça ^^ ça rend la conversation plus vivant Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent94
Admin
avatar

Nombre de messages : 423
Age : 29
Localisation : Yavin IV
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Dim 3 Déc - 1:02

Oui mais il faut quand même des mots pour faire une conversation, pas seulement des smileys! Wink

_________________
Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix. Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance. Il n'y a de passion, il y a la sérénité. Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie. Il n'y a pas de mort, il y a La Force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficworld.frbb.net
Sephiroth
Sage
avatar

Nombre de messages : 335
Age : 29
Localisation : Panda Land ^^
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   Dim 3 Déc - 1:26

J'ai pas dit qu'il ne fallait QUE des smileys, ils sont juste là pour rnedre la conversation plus vivante !!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Origines du Pouvoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Origines du Pouvoir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les origines d' ichigo...
» Le pouvoir du Zetsu Noir !!
» Pouvoir d'achat à kinshasa
» Les réels pouvoir de Chad??
» Marqueurs d'étât et pouvoir psy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fanfic World :: Fanfictions :: Créations divers-
Sauter vers: